Convoyage de Portsmouth à La Rochelle

Je faisais connaissance du RM 890 à l’occasion de ce convoyage de Portsmouth (Grande Bretagne) à La Rochelle, réalisé pour le compte du chantier Fora Marine. J’ai découvert un petit bateau aussi sympathique que son allure le laissait à penser. Les aménagements sont aussi cohérents que lumineux, tandis que dans cette version monoquille et bi-safran les performances sont au rendez-vous (7,5 à 8 noeuds au reaching dans 15-18 noeuds de vent). Un seul point faible à mes yeux, le dessin du cockpit, où en raison d’hiloires un peu basses et d’absence de cale-pieds central j’ai eu du mal à me poser véritablement.

Gosport, à l’heure du breakfast (photo F. Augendre)

Alors qu’une dorsale s’étendait sur la Manche et le Golfe de Gascogne, cette navigation s’avérait d’un relatif repos (froid de gueux, mais vents portants faibles à modérés). C’était sans compter l’invraisemblable coïncidence de trois rencontres avec des engins de pêche (en service ou non). Les mésaventures ont débuté à mi-chemin de l’Angleterre et des côtes françaises, lorsqu’un orin de pêche s’est pris dans l’hélice. Si près du rail des cargos, et en quasi-absence de vent, il n’y a pas eu d’autre choix que de plonger. C’est le moment où l’on se félicite d’avoir toujours un masque dans son sac de convoyeur … et où l’on se promet à l’avenir d’y ajouter une combinaison néoprène.

Content d’en être venu à bout (photo F. Augendre)

A quelques milles de l’entrée du chenal du Four, c’est cette fois-ci un filet ou un casier « en activité » que nous accrochions, de nuit, dans la quille et les safrans. Toutes les manoeuvres (à la voile) pour s’extraire du piège seront vaines, jusqu’à la renverse du courant qui permettra au bateau de se libérer quasi-miraculeusement. Jamais deux sans trois … A deux heures de la Rochelle, dans le Pertuis Breton, et toujours de nuit, le hasard plaçait une bouée de casier pile sur notre route. Les pêcheurs équiperont-ils un jour leurs engins de pêche de moyens de repérage lumineux ?

Ferry from Portsmouth to La Rochelle

I was acquainted with RM 890 on the occasion of this conveying from Portsmouth (Great Britain) to La Rochelle, carried out on behalf of the fora marine shipyard. I discovered a small boat as sympathetic as its allure left him to think. The fittings are as coherent as they are bright, while in this monokeel and bi-saffron version the performances are at the rendezvous (7.5 at 8 knots at reaching in 15-18 knots of wind). One weak point in my eyes, the drawing of the cockpit, where due to a little low hilory and lack of Central footrests I had trouble to really ask myself.

Gosport, at breakfast time (photo F. Augendre)

While a ridge stretched over the channel and the Bay of Biscay, this navigation proved to be a relative rest (cold of beggars, but low to moderate bearing winds). This was not to mention the unlikely coincidence of three encounters with fishing gear (in service or not). The misadventures began halfway between England and the French coasts, when a fishing Orin caught in the propeller. So close to the rail of the freighters, and in quasi-absence of wind, there was no other choice but to dive. This is the moment when one is pleased to always have a mask in its conveyor bag… and where we promise to add a wetsuit in the future.

Glad to have overcome it (photo F. Augendre)

A few miles from the entrance to the channel of the furnace, this time it is a net or a locker « active » that we hung, at night, in the keel and the rudders. All manoeuvres (sailing) to pull out of the trap will be futile, until the current is reversed, which will allow the boat to release itself almost miraculously. Never two without three… Two hours from La Rochelle, in the Pertuis Breton, and always at night, the chance placed a buoy of locker pile on our road. Will fishermen someday equip their fishing gear with light tracking devices?