Coaching en Outremer 51

Ce propriétaire s’est inscrit au rallye Grand Large Yachting World Odyssey, un tour du monde sur trois ans, et c’est dans cette optique qu’il m’a embarqué quinze jours au départ de la Grande Motte, pour deux semaines destinées à optimiser le bateau et à progresser dans tous les secteurs : réglages et manoeuvres, météo et stratégie de route, mouillages et manoeuvres de port, sécurité et procédures, préparation au grand large…

A Campo Moro. L’Outremer, ça a de l’allure (photo F. Augendre)

En raison des restrictions sanitaires pour les voyages à l’étranger, encore bien serrées en cette fin mai, nous avons préféré filer vers la Corse plutôt que la Tunisie ou les Baléares, initialement au programme. Notre petit périple très studieux nous a menés jusqu’aux Lavezzi au Sud, à Rondinara côte Est, et Calvi sur la côte occidentale.

Le sillage s’allonge, fait encore un peu frisquet (photo F. Augendre)
Travail des réglages sous spi asymétrique (photo F. Augendre)

Si la traversée aller s’est avérée humide, froide et bien houleuse, la suite s’est déroulée dans une météo de rêve, et le retour sous code D nous a permis d’afficher tout du long des vitesses à deux chiffres : l’Outremer, et à plus forte raison en version mât carbone, n’est pas de ces bateaux qui lambinent en chemin.

Pour griller du gasoil en Outremer, il faut vraiment qu’il y ait pétole ! Dans la réserve de la Scandola (photo F. Augendre)



Navigation sous code D (api asymétrique sur emmagasineur)
Sous code D (photo F. Augendre)

L’aventure se poursuivra en octobre, de Barcelone aux Canaries, avant que ce client poursuive son tour du monde sans moi.