Multicoques Ultimes, le livre

Entre deux convoyages, au retour d’une régate ou d’une croisière, il m’arrive de reprendre la plume, pour le magazine britannique Seahorse en particulier. Cette fois-ci, c’était pour collaborer à un projet collectif mené par Olivier Villepreux, avec qui j’ai retrouvé des habitudes de travail et une complicité née à l’époque d’Attitude Voile, dont j’ai été un temps rédacteur en chef. Olivier était la cheville ouvrière de la collection des superbes magazines Attitude (Attitude rugby, Attitude voile, Attitude golf …) fondés par le photographe Michel Birot, trop tôt disparu.

« Horizons Ultimes », sorti en librairie juste avant le départ de Brest Atlantiques, est un ouvrage consacré à ces nouveaux seigneurs de la course océanique que sont les Ultimes 32/23, ces multicoques pouvant mesurer jusqu’à 32 mètres de long et 23 mètres de large, destinés à être menés en solitaire ou en équipage réduit, et capable de performances hallucinantes au grand large, par la grâce notamment de leurs foils et de leurs plans porteurs.

Richement illustré, le livre est le produit d’une collaboration de sept auteurs. J’ai pour ma part assuré la rédaction d’un long entretien avec l’architecte naval Vincent Laurent Prévost, le « LP » du cabinet VPLP qu’il a fondé avec Marc Van Peteghem, et qui joue depuis plusieurs décennies un rôle moteur dans l’univers des multicoques de performance. Comment sont conçus les Ultimes, comment le couple coureur-architecte dialogue-t-il, comment stabilise-t-on le vol des foilers, que dire du risque de chavirage, qui sont vraiment les monstres, des bateaux ou des skippers qui les domptent ?

Simulateur de vol

C’est à lire, aujourd’hui que le Maxi Edmond de Rotschild de Franck Cammas et Charles Caudrelier vient en moins de 29 jours de mer de remporter ce grand huit atlantique passant par Rio de Janeiro et Cape Town, devant Macif (Gabart-Gahinet), Actual Leader (Le Blevec-Pellat) et Sodebo (Coville-Nélias) – ce dernier contraint à l’abandon après avoir arraché un énorme morceau de flotteur dans un choc avec un objet flottant ou un animal. C’est à garder sur la table basse, pour le feuilletage récurrent. Et à relire demain, pour encore mieux comprendre de la genèse et l’évolution d’une nouvelle classe de coursiers océaniques, qui ne devrait pas en avoir fini de progresser et de nous épater.

« Horizons Ultimes », éditions Anamosa, 39 euros chez tous les bons libraires. Ouvrage dirigé par Olivier Villepreux. Avec des textes de Frédéric Augendre, Dino Dimeo, Antoine Grenapin, Jean-Louis Le Touzet, Patricia Oudit, Pierrick Pourchasse, et les paroles de Frank Cammas, Charles Caudrelier, Thomas Coville, François Gabart, Yves Le Blevec et Armel Le Cléac’h.