En convoyage vers la Turquie

Une fois n’est pas coutume, c’est comme second que j’ai embarqué pour ce convoyage de 1200 milles à bord de Dame des Tropiques, une goélette de 28 mètres sur plan Auzépy Brenneur. J’ai retrouvé cette vénérable dame de 30 ans aux « grandes formes » de la Seyne-sur-Mer, les darses des anciens chantiers navals vouées à l’accueil des grands yachts dans le cadre de la reconversion du site industriel.

Exploité en charter dans les eaux méditerranéennes, le bateau devait se rendre à Bodrum pour un profond refit dans un chantier turc. Navire immatriculé au commerce oblige, nous étions trois professionnels à bord. Convoyage rondement mené, par les Bouches de Bonifacio, le détroit de Messine et le Sud du Péloponnèse.

La Dame des Tropiques s’est avéré un voilier très attachant, avec ses aménagements chaleureux, sa coursive intérieure créant une ambiance de petit paquebot, son immense « carré extérieur » et son gréement singulier : deux mâts (dont le plus élevé est le mât situé en arrière, ce qui définit une goélette), deux voiles d’avant, une voile de misaine et une grande-voile.

Le navire est d’une époque où le plan de pont comptait à peu près un winch par manoeuvre, les empannages en solitaire représentaient des moments intéressants. Belle expérience professionnelle, aussi, en compagnie de collègues charmants. Travailler aux côtés d’autres capitaines aux parcours et aux expériences différentes peut s’avérer très enrichissant.

Le « carré extérieur » de Dame des Tropiques (Photo F. Augendre)